Comment je traduis un MOE !
 

Comment je traduis un MOE !  Comment je traduis un MOE !

  Notre cœur d’activité est la formation aux métiers de l’aéronautique,
  mais, afin de répondre aux besoins de nos clients, nous proposons
  également des services de traduction technique.

  Nathalie, notre experte en anglais aéronautique, a rédigé la version
  anglaise du manuel MOE (Maintenance Organization Exposition)
  pour le compte d’un de nos clients.  Obligatoire afin d’obtenir
  l’agrément PART 145, ce  manuel doit respecter plusieurs règles de
  rédaction.

 

Retour sur un défi passionnant.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que Nathalie revient sur sa dernière mission. Passionnée par l’univers des langues et de la traduction, elle vient de terminer la version anglaise d’un MOE (Maintenance Organization Exposition), le manuel qui détaille les spécificités d’une entreprise ou d’un atelier de maintenance, obligatoire pour l’obtention de l’agrément PART 145. Cet agrément certifie la conformité de la structure aux réglementations imposées par les autorités de l’aviation civile française et internationales. C’est pourquoi il est obligatoire d’avoir une version anglaise du MOE. Une mission que notre chargée d'administration et traduction a accomplie avec succès. « Ce n’est pas ma première expérience de traduction d’un MOE, c’est un challenge que j’adore, confie Nathalie. Je viens d’une formation en anglais classique et j’ai ensuite évolué vers l’anglais technique avec une spécialisation dans l’aéronautique. J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce métier. La traduction est un métier qui demande régulièrement d’adapter ses connaissances linguistiques aux règles d’édition de chaque secteur d’activité ».

Un challenge passionnant

« Dans l’aéronautique, le choix des mots, la grammaire et le style des textes doivent répondre à la simplicité. Il faut donner l’essentiel de l’information sans « habiller » la phrase, pour éviter de créer de la confusion chez le lecteur.Je traduisfréquemment des manuels aéronautiques de type Manuel d’Exploitation, par exemple. Ce sont des manuels consultés par le personnel technique en cas de besoin et d’urgence. Le message se doit d’être claire, il ne faut en aucun cas utiliser des mots qui polluent ou qui créent de l’ambiguïté ».

Un travail qui se fait en étroite collaboration avec le client, ce qui semble particulièrement intéresser Nathalie. « J’installe mes deux écrans, mes documents de référence, et je me concentre. Et, en cas de blocage, je n’hésite pas à solliciter le client pour éclaircir certains passages avec lui. D’ailleurs, il est très important pour moi d’établir une relation de confiance avec le client. C’est pourquoi, avant de commencer la traduction je me renseigne sur la vie de la société, afin de rentrer dans son langage, ses standards et, bien sûr, ses valeurs ».

Un document obligatoire

« Il y a de la créativité dans ce travail, c’est d’ailleurs très satisfaisant. Je ne parle pas, évidemment, de création artistique parce que le contenu d’un MOE est imposé par les autorités. Mais, selon moi, le choix des mots pour exprimer au mieux tel ou tel concept est déjà un processus de création ».

L’EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) propose une guide de rédaction afin d’aider les entreprises à la composition et à la création du manuel », explique Nathalie. Un MOE est composé de 8 chapitres, chacun détaillant une fonction de l’entreprise, et compte environ 80 pages. Une fois rédigé, le manuel est soumis aux autorités pour validation. Cependant, il est susceptible d’évoluer selon les changements intervenant dans l’organisme ou dans la société. Chaque modification doit être approuvée par les autorités afin de garder l’agrément, voire le faire évoluer selon le développement des compétences et des services proposés. « J’ai le sentiment, très satisfaisant, de participer à un moment charnière de la vie de l’entreprise. La validation des autorités et l’obtention de l’agrément ouvrent des nouvelles perspectives professionnelles, auxquelles j’aurai participé », confie Nathalie.

Pour plus d’informations : contact@air-formation.com